Le marketing et ses outsiders : le point de vue de Hugues Hansen - Marketing is Dead
25827
post-template-default,single,single-post,postid-25827,single-format-gallery,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

Le marketing et ses outsiders : le point de vue de Hugues Hansen

Le marketing et ses outsiders : le point de vue de Hugues Hansen

Avec mes amis du Conseil Scientifique de l’Adetem, nous nous penchons sur le futur de notre profession – vaste sujet ! Dans ce cadre, Xavier Charpentier, Laurent Ponthou, Frank Rosenthal et moi-même avons initié une réflexion sur les « nouveaux entrants » … que selon l’avancée de nos travaux – et notre humeur – qualifions de « startups » ou « d’outsiders » !

Nous avons interrogé quelques experts dont je publierai les réponses au fil des prochains jours : aujourd’hui,.

François : Pourquoi les startups/nouveaux acteurs ne respectent-ils pas les règles traditionnelles du marketing ?

Hugues Hansen : Les acteurs établis doivent avant tout préserver la confiance des clients et la pérennité de l’image de marque garant de leur fidélité. Les startups par contre n’ont « rien à perdre » et leurs principaux atouts sont leur inventivité et surtout la rapidité d’exécution. Le « move fast and break thing » est dès lors compréhensible

François : Les startups/nouveaux acteurs sont-ils des ennemis ou des cibles pour les entreprises traditionnelles ?

Hugues Hansen : Comme tout nouvel entrant sur un marché, la start-up peut être un compétiteur disposant de peu de moyen financier mais capitalisant sur son avance technologique et son agilité.

Plutôt que de subir le tsunami, l’entreprise traditionnelle a surement intérêt à s’allier avec certains de ces nouveaux acteurs pour enrichir son offre, ou tester rapidement les nouveaux usages sur son cœur de cible. Certains de ses partenariats peuvent ensuite, se traduire par une intégration de la startup au sein de l’entreprise installées.

François : Finalement, de tout ce bouleversement du paysage économique :

  • Le consommateur y trouve-t-il son compte ?
  • Le citoyen y trouve-t-il son compte ?

Hugues Hansen : Le consommateur bénéficie toujours d’un surcroit de concurrence permettant de challenger les éventuelles rentes de situation des acteurs historiques.

A court terme, le citoyen, et la société, peuvent être impacté négativement par l’automatisation ou la dématérialisation qui supprime des emplois, mais ce bouleversement se traduit à moyen terme par une baisse des prix des services offerts qui est bénéfique pour tous.

Pas de commentaires

Réagissez !