In memoriam Joy Division - Marketing is Dead
25500
post-template-default,single,single-post,postid-25500,single-format-gallery,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

In memoriam Joy Division

In memoriam Joy Division

Peter Hook, bassiste « iconique » – dixit Libération – de New Order vient de publier une autobiographie « farcie d’anecdotes qui ausculte ses relations difficiles avec ses anciens coéquipiers » – redixit Libération.

L’occasion de réécouter quelques titres du groupe de Manchester, de bailler un coup … et de tourner la page.

Surtout l’occasion réécouter un autre groupe mythique de la scène anglaise, un groupe dont la musique n’a pas vraiment pris la moindre ride : Joy Division.

Joy Division ? C’est juste New Order + Ian Curtis, jusqu’en 1980, date du suicide du chanteur écorché, à la voix pourtant parfois si paisible … en apparence ; New Order avait tout pour réussir – et ils ont réussi – mais il leur manquait une flamme, qui s’était éteinte avec Curtis.

Réécoutez Unknown Pleasures et Closer, c’est torturé et magnifique ; New Order, c’est propre, agréable … parfois limite ennuyeux … Dommage !

1 Comment
  • Philippe MAILLET

    27 septembre 2017 at 23 h 34 min Répondre

    Joy Division ! Groupe mythique porté par un chanteur hors norme entré dans la légende. Tout à fait d’accord avec le commentaire sur New Order : ennuyeux est le bon mot. Profitons-en pour suggérer de revoir l’extraordinaire biopic de Ian Curtis CONTROL, sorti en 2007. L’ambiance Joy Division est là, et l’interprétation de Sam Riley est tout simplement époustouflante.
    Ce post m’a fait du bien. J’ai eu l’impression de revivre mes 19 ans … (concert Joy Division au Palais d’Hiver à Lyon).
    Au passage, bravo et merci pour le blog que j’ai découvert il y a peu sur les conseils d’une connaissance commune : François Cazals.

    Philippe MAiLLET

Réagissez !