La fin de l’App Store et de GooglePlay - Marketing is Dead
25671
post-template-default,single,single-post,postid-25671,single-format-gallery,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

La fin de l’App Store et de GooglePlay

La fin de l’App Store et de GooglePlay

Les fans de pop music connaissent la grande mouvance du rock progressif avec ces groupes mythiques que furent King Crimson, Genesis, Pink Floyd ou Soft Machine, sans bien évidemment oublier le cultissime album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles.

Les seniors, eux, expérimentent les verres progressifs …

Désormais, les mobinautes découvrent les Progressive Web App … qui ne sont plus vraiment des Web App, mais pas non plus des Applis : un nouveau monde qui bouscule doucement l’ancien … ou plutôt les anciens.

D’un côté, on avait les Web App, dignes héritières des sites Web d’antan, qui ne savaient fonctionner hors connexion, mais marchaient quelque soit le navigateur ou le système d’exploitation utilisé.

De l’autre, les Applis, totalement conçues pour le mobile, donc plus fluides, en partie utilisables hors connexion mais nécessitant des développements spécifiques à chaque système d’exploitation – sans oublier le risque de se faire jeter sans explication de l’App Store.

Les Progressive Web App conjuguent les avantages des Applis – elles fonctionnent également hors connexion, du moins autant que les Applis – et des Web App – pas besoin de ces perpétuelles et ennuyeuses mises à jour ; pas besoin de recréer sous Android ce que l’on a mis au point pour iOS.

Les Progressive Web App conduisent nécessairement à repenser ses sites Web puisque désormais la frontière devient encore plus tenue entre les deux mondes des Web fixe et mobile – encore plus qu’avec le « simple » responsive. Et dire que bien des marques proposent encore des sites qui ne sont pas encore responsive !

L’idée de se passer des applis n’est pas nouvelle : il y a quelques années, Mozilla lançait Firefox OS, un système d’exploitation mobile libre dont une des caractéristiques était de préférer les applications web développées au format HTML5 au système dominant des Applis.

A l’époque, bien des geeks se sont moqués de ces idéalistes qui espéraient faire s’écrouler le château de cartes des Applis, et  bousculer les forteresses bâties par Apple et Google ; la meilleure preuve : l’abandon du projet fin 2015 par la fondation qui décide alors de se recentrer sur les objets connectés.

Pourtant le pari partisans du logiciel libre semble se concrétiser aujourd’hui : celui d’un Web plus ouvert – en partie affranchi de deux GAFA – et surtout réconcilié : finie la barrière entre fixe et mobile, qui n’a fait que se creuser ces dernières années.

Simplement il va falloir que les développeurs arrêtent de penser fixe d’un côté, mobile de l’autre, pour inventer un univers réconcilié – dommage pour ceux qui se seront trop spécialisés …

Mais certainement de belles opportunités en perspectives pour les marques qui sauront se montrer précurseurs.

Pour en savoir plus sur les Progressive Web App, jetez un œil ici pour découvrir le point de vue des techniciens.

Pas de commentaires

Réagissez !