Tous les articles - Marketing is Dead
18972
page-template,page-template-blog-masonry,page-template-blog-masonry-php,page,page-id-18972,page-child,parent-pageid-1815,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

Tous les articles

  • TRIER PAR :
  • TOUS
  • Actualité
  • Articles, publications
  • Consumer Insight
  • Coups de gueule
  • Culture(s)
  • C’est déjà demain
  • Entretiens
  • Etudes Marketing
  • Interviews
  • Interviews 2.0
  • Les copains d'abord
  • Livres
  • Marketing 2.0
  • Non classé
  • Société
  • Un peu de bon sens
  • Web 2.0

Il n’y a pas que les amis Facebook, il y aussi les Friends of glass

Peut-être avez-vous regardé la vidéo du journaliste Christophe Beaugrand en train de faire des haltères avec deux bouteilles de verre dans la rue sur Facebook, et vous êtes-vous interrogé sur la raison de l’exercice ; la réponse, c’est Jacques Bordat, Président de la Fédération du Verre, qui nous la livre.

MarketingIsDead : Jacques Bordat, tu es Président de la Fédération du Verre et avec Friends of glass, vous lancez une opération en faveur du recyclage du verre : en deux mots, c’est quoi, Friends of glass ?

Jacques Bordat : « Friends of Glass » réunit à un niveau européen tous ceux qui apprécient les qualités uniques du verre comme matériau d’emballage. En un mot, la communauté « Friends of Glass » prône un mode de vie qui adopte le verre sans réserve pour trois raisons principales : la santé, le goût et le développement durable. Ce mouvement a été initié en 2008 par la FEVE, la Fédération européenne du verre d’emballage, une association internationale à but non-lucratif représentant les fabricants d’emballages en verre.

MarketingIsDead : L’opération commence par une vidéo postée sur Facebook par le journaliste Christophe Beaugrand pour inciter les Français à recycler le verre : il y a des trous dans la raquette, tout le monde n’effectue pas le bon tri sélectif pour le verre ?

Jacques Bordat : Notre campagne « Le Verre sans Modération » s’adresse en priorité à la jeune génération, qui, paradoxalement, se dit moins motivée par le recyclage du verre que ses aînés, ceci malgré les actions de sensibilisation menées dans les écoles. L’étude Opinion Way que nous avons réalisée en avril dernier montre en effet que près d’un quart des 18/27 ans n’est pas intéressé par le recyclage du verre.

Christophe Beaugrand, l’ambassadeur de notre campagne pour la seconde année est une personnalité médiatique qui fait l’unanimité. Très apprécié des jeunes, il sait être drôle et porte des valeurs de bienveillance et d’engagement, notamment en faveur du développement durable, sans être moralisateur.

Notre but est donc de faire prendre conscience à la jeune génération de l’importance du recyclage du verre via une personnalité appréciée de tous et un canal de communication privilégié par cette tranche d’âge. Par ailleurs, nous savons que les injonctions ne fonctionnent plus, le discours écoresponsable doit être fun et gratifiant pour toucher les jeunes.

La cause de la Fédération du Verre et de Friends of Glass est écoresponsable, nous tentons donc de sensibiliser les cibles à privilégier, tout en adaptant la forme de notre message.

MarketingIsDead : Et quel est l’intérêt de la Fédération du Verre dans ce type d’opération ? Marketing responsable ou greenwashing ?

Jacques Bordat : Nous devons mener campagne en permanence pour toujours faire progresser le taux de recyclage du verre d’emballage. Notre étude sur les jeunes et le recyclage du verre met en lumière certains des freins, comme le manque de place pour stocker (pour 52% des 18/27 ans) mais aussi des leviers faciles à actionner comme l’augmentation du nombre de conteneurs de collecte, par exemple, ou encore le fait que, promouvoir le recyclage à travers des personnalités populaires auprès des jeunes permettrait de stimuler l’envie de recycler.

Ces enseignements donnent tout son sens à l’implication de Christophe Beaugrand dans notre campagne, ainsi que dans le lancement du challenge sur Facebook.

Pour rappel, l’objet de ce challenge est de se filmer en train de faire 25 squats avec une bouteille en verre dans chaque main pour rappeler qu’en France, encore 25% du verre consommé n’est, à ce jour, pas recyclé. Le message est simple « Pas besoin d’être musclé pour recycler » !

Startups : entre innovation et Growth hacking

Aujourd’hui, si lancer une startup apparaît presque banal, lui permettre de durer et de se développer se révèle hélas beaucoup plus compliqué ; car il ne suffit pas d’être le premier à avoir la bonne idée basée sur la bonne techno, il faut être le premier à atteindre une taille critique : Airbnb ou Blablacar n’ont pas inventé le logement chez l’habitant ou le covoiturage, ils n’ont même pas lancé les premiers sites dédiés à ces activités ; pourtant aujourd’hui ils dominent sans contestation possible leurs marchés.

Ces nouveaux acteurs de notre économie ont su et/ou ont dû développer de nouveaux outils et de nouvelles approches marketing adaptés à une société en mouvement accéléré – et dont les entreprises établies s’inspirent désormais parfois ; outils que l’on regroupe souvent sous l’appellation un peu énigmatique de Growth hacking – littéralement : bidouillage de la croissance.

Le LAB vous ouvrira le jeudi 21 septembre prochain les nouvelles clefs du succès, ou du moins vous livrera les pistes de nouvelles stratégies marketing et de nouveaux leviers de croissance, avec :

  • Joëlle DURIEUX, Directrice générale du PôleFinance Innovation, soulignera la problématique du parcours qui mène les startups dans le domaine de la finance, et plus particulièrement de l’assurance, de l’idée et l’innovation originelles à une entreprise viable qui a réussi ses premiers contrats ou ses premières ventes, en soulignant quelles sont les embuches à éviter et surtout quelles sont les clefs de succès pour se développer.
  • Alexandre RISPAL vient de lancer avec 4 associés Moonshot Internet, une nouvelle startup au sein d’un grand bancassureur, Moonshot-Internet qui souhaite rendre l’assurance simple, utile, accessible à tous avec un modèle d’assurance à l’usage contextuel, data-centrique, mis à disposition du E-commerce par le biais d’API ; il reviendra sur la genèse du projet, de l’insight fondateur au lancement de l’entreprise en passant par les multiples évaluations par le groupe qui le finance.
  • Gabriel DABI-SCHWEBEL, fondateur de l’agence 1min30, nous expliquera au travers de cas concrets, comment les autres entreprises peuvent s’inspirer des startups pour se développer : quelles sont les méthodes à mettre en œuvre, les outils à utiliser et surtout le changement d’état d’esprit que cela nécessite.
  • Laurent LEMONNIER, fondateur d’Isoluce et du blog GrowthHackingFrance, expliquera comment un grand compte peut utiliser le framework du GrowthHacking, dont le plus grand apport réside dans la priorisation intelligente des tâches : pour pallier au manque des grands groupes, la solution identifiée auprès de grands comptes comme La Poste ou Airbus est de lancer des projets autonomes en dehors du SI lourd et structuré, avant de les intégrer.
  • Alain BEAUVIEUX, fondateur de PremièresVentes, nous rappelle que 90% des startups échouent ! Ce chiffre publié en mars 2016 interpelle par l’ampleur du désastre. Il reviendra sur les principales raisons de ces échecs, parmi lesquelles domine l’absence de stratégies marketing et commerciale, et donc la plus grande difficulté à transformer la « bonne idée » en succès.

pour s’inscrire, c’est ici.