Amazon Archives - Marketing is Dead
368
archive,tag,tag-amazon,tag-368,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

Amazon Tag

  • TRIER PAR :
  • TOUS
  • Actualité
  • Articles, publications
  • Consumer Insight
  • Coups de gueule
  • Culture(s)
  • C’est déjà demain
  • Demain l’assurance
  • Entretiens
  • Etudes Marketing
  • Interviews
  • Interviews 2.0
  • Le marketing par les nuls
  • Les copains d'abord
  • Livres
  • Mardis du Luxembourg
  • Marketing 2.0
  • Non classé
  • Respect
  • Ridicule
  • Société
  • Un peu de bon sens
  • Web 2.0

A mort, Bezos !

Pourquoi tant de haine à l’égard d’Amazon !

Déjà, il faut y voir la revanche du plus faible : c’est l’éternelle histoire de David contre Goliath, qui fédère quand même Juifs, Chrétiens et Musulmans : on ne peut que détester les géants – il n’y a que Spielberg pour croire au Bon Gros Géant !

En détestant – à défaut de les vaincre – les monstres tentaculaires, le simple et faible citoyen peut se croire plus … humain : « L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant » … comme David, je suis faible, mais …

Toutes considérations psychosociologiques mises à part, il faut quand même reconnaître que les GAFA en général – mais aussi les NATU et autres BATX – et Amazon en particulier, l’ont bien cherché, en fraudant les fiscs de toute la planète … quand les malheureux roseaux pensants se font violemment taper sur les doigts quand il fraude un tout tout petit peu !

En réalité, les GAFA ne fraudent pas vraiment : ils se contentent « d’optimiser » leurs revenus, donc finalement, les vrais coupables ce sont … nos dirigeants !

Toutefois Amazon apparaît comme un cumulard : il pratique volontiers la concurrence déloyale … pour ne pas dire le piratage sanguinaire ! Longtemps Amazon a perdu de l’argent avec la vente à distance non pas parce que son système n’était pas rentable, mais pour couler les Darty et autres Fnac de la planète : il gagnait assez avec Amazon Web Services pour se permettre de vendre, sinon à perte, du moins à marges plus que réduites en e-commerce.

Mais la concurrence déloyale, Amazon la pratique également – et c’est ce que lui reproche actuellement la Commission européenne – à l’égard des enseignes qu’il héberge sur sa propre place de marché, et dont il exploite à son propre profit les données : vous payez votre redevance pour vendre dans la boutique Amazon, et au lieu de vous garantir des ventes, ce dernier vous pique vos clients !

Il convient cependant voir les aspects positifs : Amazon crée des emplois, plus de 10 000 en France notamment dans ses services logistiques … mais avec des conditions de travail désastreuses : ses méthodes de management engendrent des critiques virulentes même aux Etats Unis !

Mais surtout Amazon sous-traite beaucoup ses livraisons, et de sous-traitance en sous-traitance, ce sont des armées d’indépendants qui besognent jusqu’à des 9, 10 heures du soir sans jamais se plaindre … par peur d’être virés ! Enfin pas réellement virés puisqu’ils sont indépendants ! Amazon tout comme Uber et consorts recrée le lumpenprolétariat du 19ème siècle.

Alors on peut comparer le visage stressé de ces chauffeurs qui vont livrer jusqu’à 150 colis par jour – pas ceux des photos officielles, ceux que vous voyez passer au volant de leurs camionnettes au coin de la rue – aux portraits d’un Bezos en nœud papillon et tout sourire … quand bien même en plein divorce dans la presse people !

Après, on peut quand même se demander d’où vient cette folie des consommateurs à commander tout et n’importe quoi en ligne, et notamment chez Amazon, mais pas seulement : c’est loin d’être moins cher et ça détruit irréversiblement la planète avec ses norias de camionnettes de livraison, ses emballages, etc. Sans oublier ses serveurs informatiques : entre ses places de marché et ses Web services, Amazon apparaît comme un des meilleurs candidats au titre de pollueur suprême !

Les gens ont peur de pénétrer dans des magasins pour acheter à manger, ou des marteaux, des câbles USB, des … : il y a tellement de commerces restés ouverts, et si l’on ajoute le click and collect pour les livres, les jouets, etc., on peut quasiment faire ses courses comme avant !

Sans doute, mais en plein Covid, le commerce en ligne, c’est plus sûr – d’autant qu’on ne signe même plus son accusé de réception : le citoyen préfère gentiment reporter le risque sur … les autres, par exemple les livreurs Amazon et consorts : sympa !

Finalement, ce sont bien souvent les mêmes qui reprochent – reproche tout à fait justifié – à Bezos son manque de respect à la fois pour la planète et pour les individus qu’elle porte … et qui se montrent totalement irrespectueux pour la planète et pour les individus qui pourtant leur ressemblent !

Mais soyons clair : cela ne dédouane en aucun cas Bezos et ses actionnaires !

Le dernier kilomètre est le plus irresponsable

Vous êtes abonné à Amazon Prime et vous vous bénéficiez d’une « livraison en 1 jour ouvré gratuite et illimitée », sans compter plein de bonus complémentaires, des séries exclusives sur Prime Video à 40 heures de musique par mois sans publicité, etc.

Vous êtes content … et peut-être un peu (beaucoup) irresponsable !

Amazon Prime ne vous coûte que 49 euros par an : rentable pour de gros acheteurs – et ceux qui ne le sont pas vont le devenir rapidement ! Pas question de ne pas amortir son abonnement …

Bien sûr, Prime ne revient pas à 49 euros par an à Amazon mais … à 670, selon les calculs de la banque JPMorgan : vous êtes donc gagnant parce que Amazon y laisse sa chemise … mais pas par philanthropie : quand on gagne 2,5 milliards de dollars, essentiellement dans le cloud, on peut se permettre de grosses pertes … pour ruiner ses concurrents et assécher le marché.

Il n’y aurait que ça : en fait, plus vous cédez à votre frénésie acheteuse sur le Web en général et chez Amazon en particulier, plus vous participez activement à la destruction de la planète !

Baladez-vous à la campagne un beau jour de printemps, en semaine : vous croiserez des norias de camionnettes de livraison … 4, 5, 6, l’un derrière l’autre, concurrence oblige : sur ce point, Bruxelles favorise les catastrophes écologiques !

Dans les banlieues et les centres-villes, ce n’est pas franchement mieux : car l’e-Commerce pêche vraiment sur son dernier kilomètre !

En achetant à tout crin sur le Web, non seulement vous détruisez la planète, mais vous favorisez … l’esclavagisme, ou du moins, de développement d’une nouvelle classe sociale, celles des autoentrepreneurs et autres chauffeurs corvéables à merci.

Car pour vous livrer pas cher, mieux vaut que ça ne coûte pas cher et les conditions de travail des livreurs, non pas d’Amazon, des sous-traitants des sous-traitants des sous-traitants (je ne me répète pas) est juste indigne, comme le rapporte Libération.

Mais comme le dit si bien Ponce Pilate … pardon, Amazon : « Ce ne sont pas des salariés à nous ».

Circulez, il n’y a rien à voir ! N’accusez Amazon de tous les maux, chers clients de Prime : vous avez votre part de responsabilité dans la destruction de la planète et dans l’esclavage moderne … même si vous ne voulez pas vous l’avouer.