Alexandre Rispal Archives - Marketing is Dead
466
archive,tag,tag-alexandre-rispal,tag-466,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

Alexandre Rispal Tag

  • TRIER PAR :
  • TOUS
  • Actualité
  • Articles, publications
  • Consumer Insight
  • Coups de gueule
  • Culture(s)
  • C’est déjà demain
  • Demain l’assurance
  • Entretiens
  • Etudes Marketing
  • Interviews
  • Interviews 2.0
  • Le marketing par les nuls
  • Les copains d'abord
  • Livres
  • Mardis du Luxembourg
  • Marketing 2.0
  • Non classé
  • Respect
  • Ridicule
  • Société
  • Un peu de bon sens
  • Web 2.0

Respecter le consommateur, avec Alexandre Rispal

Respecter le consommateur : le Club Horizon(s) de l’Adetem invitait récemment 3 experts à s’exprimer sur le sujet lors d’un Webinar ; retour sur cette matinée avec Alexandre RispalAssurly, Insurtech France.

MarketingIsDead : Pour le marketer, le consommateur reste bien souvent juste une cible : cette posture est-elle encore tenable aujourd’hui ?

Alexandre Rispal : Les clients attendent du respect et de l’engagement des marques. Cela passe souvent par des preuves simples : tenir ses promesses, répondre rapidement en cas d’appel client, prévenir d’un retard en prenant l’initiative d’un dédommagement par exemple. Toutes les publicités et les meilleures technologies ne valent rien si les fondamentaux ne sont pas présents. Et sans respect des fondamentaux, comment respecter le client ?

MarketingIsDead : Avec des techniques un peu sauvages comme le Growth Hacking, on ne s’attend pas à ce que les startups, de l’assurance ou autres, se montrent très respectueuses du consommateur …

Alexandre Rispal : Faire du Growth Hacking est indispensable pour une startup. Avec un budget limité, il faut de la créativité et de l’agressivité quand les sociétés n’ont pas les armes classiques et des millions d’euros à dépenser.

Toutefois, faire du growth hacking sans respecter les règles est court-termiste, sans vision. Faire monter une valorisation en ne respectant pas ses promesses revient à manipuler le consommateur. Les sociétés qui utilisent ces pratiques doivent être combattues.

MarketingIsDead : Aujourd’hui, Insurtech France inscrit l’éthique dans ses statuts : comment cette idée s’est-elle nécessairement imposée à votre association ?

Alexandre Rispal : Individuellement la majorité des Insurtech se sont lancées et organisées pour apporter des bénéfices aux clients en réaction à des pratiques anciennes et souvent discutables. Ainsi la transparence, l’expérience client sont au centre des business models de ces nouveaux acteurs. Insurtech France est l’agrégation de ces valeurs. L’éthique est un impératif et un combat du quotidien qui mobilise les membres d’Insurtech France, dans la durée.

Respecter le consommateur !

On pourrait évoquer la schizophrénie du marketer et opposer les actions qu’il planifie pour développer les ventes de son entreprise et optimiser son business … à ce qu’il juge inacceptable quand il troque sa casquette professionnelle pour celle de simple consommateur/trice.

On pourrait également souligner l’inquiétante recherche du profit à tous prix qui conduit les entreprises : les récentes mésaventures d’Emmanuel Faber à la tête de Danone montrent bien que la finance prime toute idée d’une mission de service aux citoyens !

Pour le marketer, le consommateur reste bien souvent juste une cible, terme guerrier qui n’implique gère de respect envers la personne concernée ; mais ce dernier se rebelle, et pas seulement sur les médias sociaux : ses comportements d’achat évoluent, et les marques doivent, bon gré, mal gré, s’y adapter … surtout celles-ci qui s’adressent aux nouvelles générations, mais pas que !

Le marketing change et la notion – hélas encore bien trop nouvelle pour bon nombre d’acteurs – de respect commence à s’inscrire au cœur de la relation entre les marques et leurs clients et prospects ; le Club Horizon(s) de l’Adetem laissera des experts s’exprimer sur le sujet lors d’un Webinar le 16 Mars à 10 heures 30 ; avec :

  • Alexandre Rispal – Assurly, Insurtech France – expliquera pourquoi l’éthique s’est nécessairement imposée aux insurtech,
  • Frank Rosenthal – Retail Distribution  – se centrera sur le respect du consommateur par les distributeurs,
  • Cyril Attias – Agence des media sociaux – traitera du respect du consommateur par les influenceurs.

Pour s’inscrire, c’est ici.

Moonshot, Wakam, Assurly : rencontre avec un serial « Insurtech »eur

Les Insurtechs – contraction de « Insurance » et de « Technologie »), font parler d’elles depuis le début des années 2010.

A l’origine, ces acteurs devaient apporter de la disruption sur un marché très traditionnel. Les années ont passé et le résultat a été pour le moins mitigé. L’année 2020 avec l’introduction en bourse de Root et Lemonade semble réveiller le potentiel d’innovation de ces acteurs.

Rencontre avec Alexandre Rispal qui a contribué à placer deux Insurtechs dans le top 100 mondial Insurtech 100 avec Moonshot-Insurance et Wakam et se relance dans une nouvelle aventure pour réinventer l’assurance emprunteur avec Assurly.

MarketingIsDead : Peux-tu nous parler de ton parcours dans l’Insurtech ?

Alexandre Rispal : Avec plaisir. Après un parcours classique de direction marketing et innovation dans de grands groupes, j’ai tenté depuis 5 ans de révolutionner le secteur avec Moonshot-Insurance grâce aux assurances paramétriques puis avec Wakam. A chaque fois en utilisant la data et la technologie au service des clients. J’ai acquis une conviction : il faut maîtriser la chaîne de valeur allant de la conception des produits jusqu’à la distribution pour y parvenir. Sinon, on ne parvient qu’à faire une partie du chemin pour transformer une industrie en profondeur.

En parallèle j’ai aussi accompagné de nombreuses startups comme mentors et contribué dans des fédérations telles que la FG2A à diffuser cette culture de l’innovation pour faire progresser l’écosystème.

Assez logiquement, je viens de rejoindre la startup Assurly lancée par Toufik Gozim et Mickael Benhassen qui vise à réinventer l’assurance emprunteur en transformant profondément l’expérience client.

MarketingIsDead : Tu peux préciser …

Alexandre Rispal : Assurly souhaite disrupter le marché de l’assurance emprunteur en permettant aux clients de changer d’assurance en 10 minutes tout en réalisant des économies significatives, sans compromis sur la qualité des garanties.

Cette expérience 100% digitale, basée sur l’économie comportementale, permet de proposer un produit et des services qui vont transformer un secteur jusqu’à présent très traditionnel et pourtant essentiel pour les français.

MarketingIsDead : Les Insurtechs s’en sortent-elles bien dans cette période très difficile sur le plan économique ?

Alexandre Rispal : Beaucoup d’Insurtechs lancées il y a quelques années ont oublié qu’il fallait viser la rentabilité et que l’exécution était clé. Résultat des courses, elles n’ont pas apporté de réels bénéfices clients en commettant des erreurs basiques : trop de focus « techs », trop de focus technique assurance ou trop de focus communication. Difficile de trouver le bon « sweet spot ».

Pourtant on voit, au-delà de l’Asie, apparaître de belles réussites aux Etats-Unis telles que Lemondade, Root, Hippo. L’Europe n’est pas en reste avec des acteurs comme Alan, Zego, Qover ou d’ambitieuses sociétés comme Seyna.

Pour autant, les mois à venir vont être décisifs pour distinguer les sociétés « profitables by design » et les autres.

MarketingIsDead : Ces startups sont-elles vraiment disruptives ou des prestataires des acteurs en place ?

Alexandre Rispal : Il faut être clair. La plupart des insurtechs sont aujourd’hui en France soit des néo-courtiers comme Luko, Lovys, Moonshot-Insurance avec de belles technologies mais sans maîtrise complète de la chaîne de valeurs ou des prestataires technologiques comme Zelros ou Monuma.

Elles apportent donc de vraies innovations mais pas de la « disruption ».

Pour apporter de la disruption, il faut se positionner en assureur digital, avec une vision internationale et coupler cela avec une expérience client géniale pour quasiment apporter une transformation générationnelle dans la manière de consommer l’assurance. C’est ce sur quoi nous travaillons d’arrache-pied chez Assurly.