Internet des objets Archives - Marketing is Dead
165
archive,tag,tag-internet-des-objets,tag-165,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

Internet des objets Tag

  • TRIER PAR :
  • TOUS
  • Actualité
  • Articles, publications
  • Consumer Insight
  • Coups de gueule
  • Culture(s)
  • C’est déjà demain
  • Demain l’assurance
  • Entretiens
  • Etudes Marketing
  • Interviews
  • Interviews 2.0
  • Le marketing par les nuls
  • Les copains d'abord
  • Livres
  • Mardis du Luxembourg
  • Marketing 2.0
  • Non classé
  • Respect
  • Ridicule
  • Société
  • Un peu de bon sens
  • Web 2.0

Le bonheur dans le crime, an 20..

Romancier, nouvelliste, essayiste, poète, critique littéraire, journaliste, dandy et polémiste, Jules Barbey d’Aurevilly est certainement un des écrivains français du 19ème siècle les plus modernes ; avec Le bonheur dans le crime, il ouvre la voie au roman policier contemporain.

Quand avec mes copains des Mardis du Luxembourg, nous avons décidé de nous projeter dans un futur hyper connecté, au travers de nouvelles et non plus d’essais, je me suis replongé dans cet ouvrage dans les Diaboliques de Barbey d’Aurevilly, pour choisir de transposer ce bonheur dans le crime deux siècles plus tard : comment commettre en plein milieu du 21ème siècle un crime parfait, commis 200 ans auparavant avec de … l’encre double !

« Dans ce temps délicieux, quand on raconte une histoire vraie, c’est à croire que le Diable a dicté. J’étais un des matins de l’automne dernier à me promener au jardin des Plantes, en compagnie du docteur Torty, certainement une de mes plus vieilles connaissances. Lorsque je n’étais qu’un enfant, le docteur Torty exerçait la médecine dans la ville de V… » : ainsi débute la nouvelle de ce brave Jules.

« J’avais retrouvé par hasard en surfant sur les médias sociaux, la trace du docteur Torty, un vieil ami d’enfance : nous avions usé nos culottes sur les mêmes bancs d’école – sans trop d’ailleurs nous fréquenter à l’époque – dans une petite ville du Jura, où son père était associé dans un cabinet d’avocat ; nos destins s’étaient ensuite séparés quand celui-ci avait décidé de vendre ses parts pour s’installer ensuite dans les Alpes Méridionales … » : la même histoire, deux siècles plus tard.

La suite … dans Chroniques de l’intimité connectée.

Question : par quoi ai-je bien pu remplacer l’encre double ?

Question subsidiaire : qui sait encore ce que c’est, de l’encre double ?

Chroniques de l’intimité connectée

Un jour, dans un futur pas si proche, mais pas si éloigné non plus …
« Ce millénaire va vite, presque même trop vite : tout change sans arrêt, on a évoqué la révolution digitale, celle du Web 2.0 et des médias sociaux, celle de la consommation collaborative ; sans oublier le big data, les objets connectés.
Hier le progrès était linéaire … ou du moins l’imaginions-nous comme tel : mais clairement, ce n’était que le tout début d’une exponentielle et soudain, nous nous retrouvons au point d’inflexion de la courbe – les mathématiciens pardonneront une métaphore approximative, mais il est clair que notre société subit une poussée violente »
.
Jules sourit en relisant cette introduction à un vieil ouvrage de 2015 : Rupture, vous avez disrupture ? Ils en avaient de l’imagination ces gars des Mardis du Luxembourg ! Et pourtant, tout avait encore été plus vite, bien plus vite qu’ils ne l’avaient fantasmé : on était passé dans le monde de l’Internet des Objets – l’IoT, prononcez Aï O Ti, pour Internet of Things ; et désormais les objets discutaient entre eux, sans nécessairement laisser la parole aux humains !
Ah ! s’ils avaient pu imaginer notre vie de tous les jours, pour le meilleur ou pour le pire : de nouvelles manières de s’aimer, de nouveaux modes d’actions pour le grand banditisme aussi ; de nouvelles règles sur le marché du travail – pour reprendre une expression désuète : il n’existe plus vraiment de marché du travail, les entreprises ont explosé, tout s’est atomisé.
Jules ferme son écran, et se plaît à rêver de ce qu’aurait pu être sa vie en 2016, dans un monde à peine connecté …
Retour en 2016.
Avec mes copains des Mardis, nous discutions de notre dernier recueil d’essais – celui-là même que Jules relisait en 20… .
Avec une certaine frustration : nous sentions qu’il nous fallait aller plus loin que l’analyse, mais réellement anticiper ce que serait demain la vie dans un monde totalement différent, du fait notamment de son hyper connexion.
Pour cela, il nous fallait cesser de réfléchir pour … créer.
D’où ce recueil de nouvelles qui vient de sortir chez Kawa, intitulé : Chroniques de l’intimité connectée. Car pour comprendre ce que sera le monde de demain, mieux vaut le vivre.
Prévenons tout de suite nos fidèles lecteurs (la fidélité commençant à deux expériences consécutives, je parle donc des ceux qui commencent cet ouvrage après avoir déjà dévoré Rupture, vous avez disrupture ?) : ce livre ne constitue qu’une étape …
Car nos réunions du mardi – qui d’ailleurs, rappelons-le, ne se tiennent pas nécessairement le mardi – nous conduisent déjà vers d’autres explorations. Et surtout de nouvelles formes d’expression : après ce second livre, il y aura … peut-être un troisième opus, mais aussi des conférences, des spectacles, des vidéos, et tout ce que nous imaginerons !
Work in progress.