FLaurent, Auteur à Marketing is Dead - Page 2 sur 26
2
archive,paged,author,author-flaurent,author-2,paged-2,author-paged-2,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-2.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

Author:FLaurent

  • TRIER PAR :
  • TOUS
  • Actualité
  • Articles, publications
  • Consumer Insight
  • Coups de gueule
  • Culture(s)
  • C’est déjà demain
  • Demain l’assurance
  • Entretiens
  • Etudes Marketing
  • Interviews
  • Interviews 2.0
  • Le marketing par les nuls
  • Les copains d'abord
  • Livres
  • Mardis du Luxembourg
  • Marketing 2.0
  • Menteurs
  • Non classé
  • Respect
  • Ridicule
  • Société
  • Un peu de bon sens
  • Web 2.0

Domotique : Big Brother Google is watching you

Pour régler à distance la pompe à chaleur de ma maison, je me suis récemment équipé d’un système domotique Google Nest Learning Thermostat, 3ème Génération … Ouf, ça c’est de la marque !

Système facile à installer : dans mon cas, un câble (non fourni) vers le réseau 220 volts, et un second (non fourni) à connecter au « contact sec » de la régulation de la pompe ; et un chargeur, avec câble mini-USB (non fournis) pour alimenter le thermostat distant.

Histoire de vous faire peur ( ?), Google vous avertit : « Courant haute tension. Nous vous recommandons de faire appel à un professionnel pour l’installation de votre thermostat Nest »  … pour le cas où ne vous sentiriez pas capables de relier un appareil à une prise ou au tableau électrique de votre foyer : un peu l’impression d’être pris pour un con !

Ensuite, tout communique, le thermostat avec le relai chaudière d’un côté, avec la box Internet de l’autre, puis l’interface Web et l’appli Smartphone, via votre compte Google … tiens, je vais encore lui fournir des données : simple, très simple !

Ensuite, vous tourner le cadran du thermostat pour choisir la température désirée … et c’est tout : Google se charge du reste … hélas !

Je me positionne sur 22,5° – je suis un peu frileux – et découvre le lendemain un thermostat réglé sur … 23° : zut, j’ai fait une fausse manœuvre ?

Que nenni ! Le Google Nest Learning Thermostat, 3ème Génération est programmé en standard sur le système d’auto-programmation Nest Sense qui « utilise une combinaison de capteurs et d’algorithmes pour recueillir des informations sur vos habitudes et sur les caractéristiques de votre maison ».

Bref, sans vous avoir spécialement demandé votre avis, Google vous flique allègrement, et modifie le fonctionnement de votre chaudière parce qu’il sait mieux que vous ce dont vous avez besoin ; vous pouvez toujours aller trifouiller dans les paramètres pour corriger le tir … mais Google table sur le fait que la plupart des utilisateurs lambda négligeront de le faire.

Comme lesdits besoins peuvent être plus larges, Google vous propose toute une suite de produits de domotique, des enceintes et écrans, aux caméras et serrure, en passant par les détecteurs de fumée, etc. : autant d’objets connectés ou connectables qui, grâce à leur « combinaison de capteurs et d’algorithmes » sauront mieux que vous ce qu’il vous faut ; tout autant de données qui vont partir on ne sait trop où, pour votre plus grand bonheur (j’en doute) et pour le plus grand bénéfice du géant américain (ça j’en suis sûr).

Big Brother n’est pas en marche : il est déjà là avec Google !

À l’ouest, et partout ailleurs, toujours rien de nouveau #7

7ème et dernier épisode de ma contribution à L’Horrificque Disputatio, ouvrage collectif des Mardis du Luxembourg.


3 semaines plus tard

Trois semaines plus tard, Niels quittait enfin Paris pour Montcuq.

Sa dernière soirée parisienne, il l’avait passée avec dans un petit cinéma de la Rive Gauche spécialisé dans la science-fiction de la fin du 20ème siècle, pour voir un vieux film de Terry Gilliam, Brazil.

L’histoire d’un bureaucrate bien terne qui, suite à une erreur administrative, se retrouve accusé d’espionnage pour avoir sauvé la vie de la femme qu’il aime … dans ses rêves ! Dans cette dictature rétro-futuriste, les chimères se transforment bien vite en cauchemars … 

Arrêté, torturé, mais ne pouvant rien avouer – normal, il ne sait rien, il est juste victime des circonstances –, il s’évadera in extremis de cet enfer grâce à l’intervention d’un résistant – d’un terroriste pour les autorités – et retrouvera l’amour de sa vie : happy end !

Happy end … pas vraiment : en réalité, il ne s’évadera que … dans la folie !

La scène finale lui revenait sans cesse en tête : après son évasion de la chambre d’extermination de la prison, Sam Lowry, le héros, arrive enfin dans une vallée ensoleillée – le repère des rebelles ; bizarrement, le visage de ses bourreaux se superpose au paysage … et l’on retrouve un Sam béat, attaché sur son siège de torture, le regard à jamais fixe …

Le public – surtout les jeunes – raffolait de ces dystopies qui les plongeaient dans un univers bureaucratique et étouffant pas si éloigné de leur quotidien : la France, l’Europe, le monde entier se transformait en une vaste dictature larvée ; une manière sans doute de conjurer leurs angoisses, en se disant qu’il y a toujours pire. Nettement pire !

Une autre façon de fuir un quotidien trop pesant.

Heureusement, si les gouvernants se montraient toujours aussi peu capables à résoudre les problèmes sanitaires, les entreprises avaient su d’adapter, adoptant souvent des comportements presque … vertueux : « presque », parce qu’en réalité, elles y trouvaient très concrètement leur intérêt.

Généralisation du télétravail, par exemple : d’une part, cela évitait de voir leurs locaux devenir des clusters infectieux ; et puis des employés aussi isolés se montraient moins sensibles aux sirènes syndicales ; enfin cerise sur la gâteau, le système leur permettait de réaliser de très substantielles économies de locaux.

Relocalisation de la production – pas nécessairement sur le territoire national, mais dans un rayon écologiquement « acceptable » de 1000 à 2000 kilomètres, ce qui incluait toute l’Europe, mais aussi l’Afrique du Nord : les consommateurs acceptaient désormais de payer un peu plus cher les produits bénéficiant d’un petit label vert « transport responsable » … et on évitait la concurrence asiatique ou indienne !

D’importants secteurs se restructuraient très rapidement : ainsi la stricte application, puis l’élargissement, d’anciennes directives européennes relatives à la protection des données, avaient sapé sur le vieux continent l’hégémonie des Google et autres Amazon ; et si le transport aérien apparaissait définitivement sinistré, le ferroviaire bénéficiait du renouveau du ferroutage.

Comme toujours, de tels bouleversements apportaient leurs lots de gagnants et de perdants, tant au niveau des entreprises qu’à celui de leurs salariés : car tous ne bénéficiaient pas du même « confort » de travail : si les cadres comme Niels tiraient un réel profit du travail à distance, les ouvriers, eux, redécouvraient les affres des trois-huit généralisés qui permettaient de conserver une nécessaire distanciation sociale en usine … pas très gai !

Pour un employé autonome comme Niels par contre, l’avenir s’annonçait presque « bipolaire » – enfin métaphoriquement parlant : on aurait pu aussi le qualifier de totalement incertain, imprévisible, chaotique … quantique ? L’avers et le revers d’un même monde.

Côté pile, une sorte de dictature à peine larvée, et son lot d’oukases : interdictions de se retrouver à plus de 5 – ou 10, ou 12, ou 3 selon les jours et les lieux – dans l’espace public, couvre-feu plus ou moins tardif, transports en commun strictement régulés selon les plages horaires, permis de circuler, etc. Et son lot de sanctions : amende, annulation des permis de circuler, travaux d’intérêt général plus ou moins exposés et dangereux, etc.

Côté face, un espace privé acceptable, sinon agréable … dans les limites d’un certain confinement, bien entendu !

Donc à Paris et dans les grandes métropoles, où les virus circulaient – ou étaient censés pouvoir aisément circuler – la claustrophobie pouvait rapidement gagner ; mais pas à la campagne, où la vie semblait presque « normale », les pandémies n’existant guère qu’à la télévision et au travers des médias sociaux.

Des hordes de cadres avaient fui les zones trop urbanisées, et il devenait difficile de trouver une maison à louer ou à acheter même dans les hameaux les plus reculés de la Lozère ou de la Creuse – inversement le marché de l’immobilier parisien s’était effondré ; et tout ce petit monde télétravaillait dans son jardin.

Tout n’était pas nécessairement si rose, et même dans ces régions l’avenir demeurait incertain : on avait vu des villages soudain totalement confinés, des expulsions administratives plus ou moins motivées – sans oublier l’hostilité croissante des ruraux.

Mais globalement, l’avenir ne s’annonçait pas si désagréable pour Niels : Albertine l’attendait à Montcuq, et aucune ombre ne semblait planer au-dessus de leurs têtes.

Carpe diem … et après moi, le déluge !

600 kilomètres – la quasi-totalité, 550 kilomètres, par autoroute – et 6 bonnes heures de conduite : en partant très tôt le matin, il pouvait espérer arriver vers midi pour déjeuner dans les Causses – il pourrait sortir du côté de Rocamadour, se balader un peu en montagne, trouver un petit restaurant traditionnel …

Après, il improviserait : il délaisserait certainement l’autoroute pour rejoindre Albertine à Montcuq, s’imaginant parcourir les derniers kilomètres depuis Cahors face à l’Ouest et au soleil … un peu comme un pauvre cowboy solitaire, loin de son domicile !

Un peu comme Sam Lowry, aussi : en fait, il ne savait plus trop vers quoi – ou qui – il se dirigeait … le bonheur, sans doute … la folie, peut-être … une Albertine souriante, espérait-il … ou encore un mélange de tout ça, dont il faudrait bien se dépatouiller !

Finalement, à l’Ouest, toujours rien de nouveau … juste tout et son contraire … et pour longtemps, sans doute !

À l’ouest, et partout ailleurs, toujours rien de nouveau #6

6ème épisode de ma contribution à L’Horrificque Disputatio, ouvrage collectif des Mardis du Luxembourg.


3 semaines plus tard

Trois semaines plus tard, Niels quittait Paris pour Montcuq – un peu plus de 600 kilomètres et une dizaine d’heures par les départementales à en croire son GPS : il évitait les autoroutes, ennuyeuses et chères ; surtout elles étaient réservées aux voitures non polluantes – électriques, hydrogène – et lui ne possédait qu’une vieille hybride.

Après Fontainebleau, il décida de suivre la vieille Nationale 7, si chère à Charles Trenet – son père aimait bien écouter ces vieux chanteurs de « l’après Guerre », comme Trenet ou Bécaud, le fameux « Monsieur 100 000 volts » :

« De toutes les routes de France d’Europe
« Celle que j’préfère est celle qui conduit
« En auto ou en auto-stop
« Vers les rivages du Midi
« Nationale 7 ».

L’atmosphère lui rappelait, non pas « l’après Guerre », mais plutôt la débâcle de Juin 40 … sauf que là, on ne savait pas trop devant quoi on fuyait !

Bien sûr son père, ni même son grand-père, n’avait vécu cette période, mais il se souvenait de vieilles archives cinématographiques qu’il avait vues un jour à la télévision – sur Arte, lui semblait-il ; ces longues files de gens à pieds qui avançaient en tirant des charrettes pleines d’objets hétéroclites.

Les fuyards de 40 s’en virent butter contre la ligne de démarcation, après avoir s’être égarés sous les mitrailleuses de la Luftwaffe ; traumatisés, parfois coupés de ceux avec qui ils étaient partis, ils croisaient à leur retour vers le Nord ceux qui espéraient encore trouver refuge dans le Sud !

Le gouvernement de Vichy, soucieux d’accélérer accélérer les retours, établit un plan de rapatriement avec points de ravitaillement et gîtes d’étape ; ici, rien de tel : ceux qui fuyaient vers le Nord croisaient sans leur accorder un regard, ceux qui espéraient un sort meilleure vers le Sud – et vice versa …

Là, rien n’était ordonné, ni dans une direction, ni dans une autre : ça grouillait dans tous les sens, un peu comme dans Les raisins de la colère … quoique dans le roman de Steinbeck, les gens espéraient retrouver l’Eldorado vers l’Ouest.

Mais c’était les mêmes regards vides, sans réel espoir, ceux de types qui ont tout perdu, qui crèvent de faim et qui savent qu’in fine, il n’y a rien au bout de la route … mais qui font comme si, pour conserver une raison d’avancer, ne pas se coucher au bord de la route et attendre …

Attendre … rien, sinon la mort, sans doute.

Les pandémies avaient tué des centaines de milliers d’entreprises et des millions d’emplois ; et les rares à avoir profité de la crise – les rois du e-commerce et de la livraison à domicile, Amazon et autres Uber – n’embauchaient pas : le premier avait totalement robotisé ses immenses entrepôts et le second avait déployé en temps record, ses gigantesques flottes de camions totalement autonomes.

Pour tous ces fuyards, il n’y avait rien au bout du chemin : même pas une pièce de la main de ceux qui avaient encore un job, mais vivaient dans l’angoisse de le perdre.

La nuit, ils allaient voler le blé à peine mûr dans les champs et souvent des bagarres éclataient avec les comités d’autodéfense des agriculteurs – on ne retrouvait pas toujours les corps …

Des associations caritatives organisaient des distributions de repas, la plupart financées par les pouvoirs publics – mais bien insuffisamment : la dette publique était déjà abyssale, le gouvernement puisait sans cesse dans les nouvelles lignes de crédit que lui accordaient l’Europe, le FMI et surtout le Nouveau Fond International contre les Pandémies.

Les plus jeunes, eux, se réfugiaient dans les jeux vidéo : pas de ces vieux jeux de fantaisie où il faut tuer des dragons pour passer au niveau supérieur, ni ces jeux violents pleins de gangsters et autres pirates.

Non, des jeux très proches de la vie de tous les jours – et complètement immersifs, avec casques de réalité virtuelle et combinaisons sensorielles ; le plus populaire s’appelait OTRA – pour « On The Road Again », on entendait en fond sonore un vieux blues datant de … 68, d’un groupe américain totalement inconnu, Canned Heat, mais totalement envoutant !

L’action se situait dans la France actuelle – et il existait bien sûr une version par pays, mais pas d’internationale : depuis longtemps, on évitait de passer les frontières. C’était un jeu hyperréaliste : on se fixait un point de départ et un autre où arriver, un itinéraire et un moyen de locomotion.

Niels s’était choisi une vieille Toyota hybride, ce qui lui interdisait les autoroutes … mais il n’y avait pas beaucoup d’aventure, sinon quelques malfrats sur le parking des restoroutes ; alors que le long des nationales, il pouvait se passer tant de choses.

Le jeu était à la fois simple et compliqué ; le problème essentiel état qu’on arrivait rarement – ou plutôt jamais – à destination.

Ni dans le jeu : il y avait toujours un dernier obstacle infranchissable, même pour se rendre de la Madeleine à la Concorde.

Ni dans la réalité : les accros à OTRA ne bougeait plus guère de chez eux, ce qui arrangeait bien les gouvernements : ils ne risquaient plus de propager les virus !

Niels n’était pas prêt d’arriver à Montcuq …

3 semaines plus tard

Trois semaines plus tard, Niels hésitait toujours à quitter Paris pour Montcuq.

Certes, il avait bien envie de rejoindre Albertine dans le Quercy, d’autant que la vie à Paris devenait particulièrement insupportable.

Certes le confinement général avait été levé en France, mais le virus continuait de circuler dans le monde, notamment en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient, un Moyen-Orient où la pandémie se cumulait avec une reprise du terrorisme : les gouvernements locaux avaient beau imposer des mesures sanitaires drastiques, personne ne les respectait ! Quant aux hôpitaux, déjà encombrés de blessés, ils pouvaient difficilement accueillir de nouveaux patients.

D’où de nouveaux flux de migrants, et des foyers de contamination qui apparaissaient sporadiquement dans une Europe qui croyait avoir évité le pire …

Paris avait connu – et connaissait encore – plusieurs alertes, notamment le long du canal Saint-Martin, entre Jaurès et le jardin Villemin, avec pour conséquence un couvre-feu à 20 heures pour les 10ème et 19ème arrondissements, l’obligation de porter un masque dans la rue, etc.

Sur les Champs Elysées aussi, le port du masque était obligatoire, de même que dans bien d’autres lieux fréquentés par les touristes, mais pas seulement : les pouvoirs publics, soucieux de ne pas se voir un jour condamner pour laxisme – une cour spéciale avait été créée pour traiter ces multiples actions en justice, après les premières plaintes visant naguère Édouard Philippe et Agnès Buzyn –, multipliaient les décisions dans l’urgence, parfois de manière contradictoire : il n’était pas rare que deux ministres se contredisent, ou se fassent rabrouer par le Premier d’entre eux !  

Dans les transports en commun, c’était juste le bordel absolu : certaines lignes, comme la 1 ou la 13, n’étaient accessibles à certaines heures qu’aux porteurs de justificatifs – employeurs, médecins –, certaines stations demeuraient fermées aux mêmes horaires – mais la liste changeait sans arrêt … bref, le bordel absolu !

On ne comptait plus les chauffeurs de bus agressés parce que refusant de laisser monter des passagers sans masque ; inversement, une femme enceinte avait été violemment frappée dans une laverie du Val-d’Oise parce qu’elle refusait de porter le sien : le lendemain, une manifestation de soutien avait été organisée, prônant le libre choix … qui s’était heurtée, Place de la République, à un rassemblement revendiquant l’inverse.

La vie parisienne devenait intenable et pourtant Niels hésitait à partir, à cause de son job ; certes le gouvernement préconisait le télétravail chaque fois que possible – et Niels, community manager, pouvait aisément exercer sa profession à distance – mais de nombreuses entreprises faisaient de la résistance, craignant des baisses de productivité …

Productivité, croissance, retour aux bénéfices, etc. : on était bien loin des beaux discours qui avaient suivi le Covid-19 ! 

A l’époque on évoquait un « Monde d’après » totalement différent où santé, épanouissement personnel et bien sûr environnement devaient guider la nation – et non plus la seule réussite économique ; et s’il n’était plus possible de proposer un job convenable à tous, un revenu universel viendrait au secours des laissés pour compte des crises sanitaires et économiques …

Foutaises : une nouvelle génération d’économistes avait prêché « l’Urgence Réaliste », seule issue aux catastrophes qui avaient frappé ce début de millénaire : si l’économie ne redémarrait pas coute que coute, c’en était fini de la belle civilisation occidentale … quitte à laisser des millions de citoyens sur le bord de la route.

Ubérisation et robotisation étaient les maîtres mots des adeptes ce des nouvelles théories : quand on ne pouvait remplacer les gens pas des AI, on utilisait des « Kleenex » – des indépendants sans protection sociale, qui n’avaient d’autres droits que de bosser et se taire.

Niels, lui, bénéficiait encore d’un « vrai » job : mal payé, mais salarié !

Il bossait chez lui, dans son petit studio de banlieue : les frais de connexion Internet étaient à sa charge, un logiciel espion contrôlait qu’il était bien scotché à son clavier, etc. Mais deux matinées par semaine, il lui fallait se rendre à La Défense pour accomplir exactement les mêmes tâches au siège de son entreprise.

Juste un fil de plus à la patte … mais il avait un « vrai » job !

Non, Niels n’irait pas rejoindre Albertine à Montcuq …

À l’ouest, et partout ailleurs, toujours rien de nouveau #5


Fausse alerte

Il était resté 3 semaines dans son petit appartement près de la Butte aux Cailles. Heureusement il pouvait lézarder sur son balcon qui donnait sur un petit square, puisque comme les précédentes la nouvelle pandémie avait frappé au printemps, du moins en Europe.

Enfin « avait frappé », pas vraiment : le virus n’avait pas daigné voyager jusqu’à l’Atlantique, il était resté en Chine ! Mais dès l’apparition des premiers cas dans l’Empire du Milieu, les gouvernements européens avaient immédiatement verrouillé leurs frontières et décrété le confinement général de leurs populations … pour rien !

Mais on est jamais trop prudent …

Le confinement général … enfin, pas vraiment : car depuis la précédente pandémie, de nombreuses tribus s’étaient mises à enfreindre si ouvertement la loi que les ministères concernés avaient hésité, puis renoncé, à l’appliquer : impossible de lutter à la fois contre la maladie et des émeutes à répétition.

Une part importante de la société s’était marginalisée – ou plutôt, une multitude de groupuscules avaient émergé, vivant en quasi autonomie par rapport au pouvoir central complètement dépassé, acculé à accepter l’inacceptable … du moins d’un point de vue strictement sanitaire.

Lors de la 3ème pandémie, ces rebelles restaient aisément identifiables et localisables : jeunes dealers des banlieues qui ne voyaient pas pourquoi renoncer à leurs commerce pour une société à qui ils ne devaient rien ; struggle for life des adeptes des petits boulots, souvent dans les mêmes zones ; envie soudaine de décompresser de bobos parisiens, une bouteille de bière à la main le long du canal Saint Martin.

La police intervenait rapidement, et malgré quelques rares échauffourées, tout rentrait rapidement dans l’ordre.

On n’en était plus là : des tribus rebelles émergeaient çà et là – génération spontanée – pour disparaître tout aussi naturellement et mystérieusement, aussi bien dans le « Neuf Trois » que dans le XVIème, tant dans les quartiers nord de Marseille que sur la Croisette.

Pire, les mêmes individus qui le matin narguaient l’autorité en se promenant bras dessus, bras dessous, une canette de bière à la main dans les jardins publics, les mêmes individus dénonçaient le soir même ces salopiots qui le matin narguaient l’autorité … Le tout et son contraire, et le chat de Schrödinger qui trottinait gentiment dans les rues !

Les personnes âgées et/ou à risque, quant à elles, avaient anticipé le mouvement : certaines ne mettaient quasiment plus le nez dehors depuis longtemps, elles ne sortaient plus que la peur au ventre, même pendant ces périodes de répit où plus aucun virus ne circulait – mais comment en être sur ?

Bref, de ce côté, tout paraissait plus simple … si ce n’est que de temps en temps, un de ces ultra-confinés pétait les plombs et sortait un vieux fusil pour tirer sur les rebelles qui passaient sous ses fenêtres : des fois que le virus grimperait quelques étages pour s’inviter chez lui !

3 semaines plus tard

Trois semaines plus tard, les gouvernements se congratulaient d’avoir évité une nouvelle catastrophe sanitaire sans trop creuser la dette publique, et levaient les confinements.

Trois semaines plus tard, Niels quittait Paris pour Montcuq – un peu plus de 600 kilomètres et une dizaine d’heures par les départementales à en croire son GPS : depuis longtemps, il évitait les autoroutes et leurs policiers tatillons, sans oublier les petits malfrats qui pullulaient sur les aires de repos.

Enfin, c’est ce qui se disait sur les médias sociaux ; le Ministère de l’Intérieur, lui, démentait régulièrement, mais les mêmes vidéos, virales, tournaient sur les réseaux : compliqué de se faire une idée.

Parfois Facebook ou Twitter en supprimaient quelques-unes, qui revenaient tout aussitôt : en fait, ces derniers adoptaient plutôt profil bas sur la question …

Bien loin le temps où un Zuckerberg agacé argumentait sur sa propre page pour dénoncer les Fake News, ainsi le 19 Janvier 2018 : « Il y a trop de sensationnalisme, de désinformation et de polarisation dans le monde aujourd’hui ». Avec pour solution hypocrite de … restreindre la part accordée aux médias classiques sur la timeline des socionautes !

Il y avait des villes, des territoires à éviter : Génération Française – un groupuscule fascisant, né au lendemain de la 4ème pandémie, et prônant un nationalisme sanitaire – tenait certains cantons du Nord de la France, avant de se développer dans le Berry … allez savoir pourquoi ? Réservé aux « purs aryens » (= aux bons à rien).

Inversement, mieux valait contourner les terroirs tenus par les adeptes du Djihad Sanitaire si l’on n’était pas immédiatement identifié comme un vrai croyant … et encore, on courrait toujours le risque d’apparaître déviant : chaque religion avait ses fous de Dieu, qui se lançaient dans des guerres saintes particulièrement mortelles.

A côté les simples zones de non droit où fourmillaient malfaiteurs en tous genres pouvaient paraître comme plus « sûres » … relativement !

La désinformation régnait sur les médias sociaux, des recettes miracles contre les pandémies – Donald Trump n’avait-il pas ouvert la voie en suggérant des injections d’eau de Javel contre le Covid-19 ? – à la dénonciation d’individus malveillants, soupçonnés d’avoir facilité la dissémination des virus.

Son GPS indiquait les lieux à éviter, un peu comme jadis les radars : Niels suivait les indications à la lettre, multipliant les détours.

Il avait soigneusement évité Fontainebleau, repère de catholiques ultras réputés intransigeants et dangereux, les forêts du Gâtinais et ses coupe-jarrets, les villages entre Nemours et Montargis, extrêmement risqués – mais il ne savait plus trop pourquoi – pour se retrouver à Saint-Amand, supposée aux mains des djihadistes …

C’était juste une Fake News, il aurait dû s’en douter ; et il déjeuna paisiblement dans vieux routier à la sortie de la ville. Il avait encore 5 à 6 heures de route, et le Millevaches à traverser, aussi ne s’attarda-t-il pas trop à table ; et comme il en avait plus qu’assez de perdre son temps pour rien, il décida de ne plus tenir compte des alertes de son GPS.

Il traversa Guéret – repère intégriste, attention ! –, Bourganeuf – repère djihadiste, attention ! –, avant de s’enfoncer dans le Millevaches, pour s’octroyer une petite pause au bord du lac de Vassivière dont d’ordinaire – ou plutôt jadis – les bords attiraient des nuées de touristes ; mais aujourd’hui, quel calme !

Il se gara près du Sentier des Poètes, pour une courte balade à pieds, histoire de se dégourdir les jambes : certes sur son GPS clignotait un gros panneau de danger, mais il décida de ne pas en tenir plus compte que tous les précédents.

Fatale erreur : car en perturbant une transaction entre trafiquants de drogues et dealers, il devenait un témoin gênant ; et en ces temps et lieux de non-droit, la vie des témoins gênants ne valaient pas grand-chose.

Il pensa que tout n’était pas nécessairement des Fake News sur les médias sociaux et ailleurs …

Fatale erreur !

À l’ouest, et partout ailleurs, toujours rien de nouveau #4

4ème épisode de ma contribution à L’Horrificque Disputatio, ouvrage collectif des Mardis du Luxembourg.


APRES LA 5EME PANDEMIE

Le chat de Schrödinger 

C’était après la 5ème pandémie : la flèche du temps s’était brisée, l’époque semblait devenue quantique.

Le monde était devenu comme le chat de Schrödinger : on ne savait plus trop où se situait, non pas la vérité – ça, on y avait renoncé depuis longtemps – mais la réalité, les amis morts et ceux que l’ont pensait disparus et qui réapparaissaient, mais pas seulement …

On se réveillait le matin avec une plus ou moins claire vision des choses, le soir tout apparaissait différent – et pourtant, on avait l’impression que rien n’avait changé entre temps … et surtout pas soi-même : on était toujours soi-même et pourtant, on ne l’était plus vraiment.

Le monde semblait devenu quantique : bien sûr, cela ne signifiait évidemment pas que dans notre quotidien, la mécanique quantique l’emportait définitivement sur la relativité Einsteinienne, seul un auteur de science-fiction tel que Liu Cixin avec ses macro-électrons aurait pu l’imaginer.

Non, la pensée quantique n’avait pas débordé dans le monde macroscopique : elle s’était doucement infiltrée dans les sciences humaines, avait gagné la psychologie, la sociologie, l’ethnologie … là où l’attendait le moins.

L’un après l’autre, les virus s’étaient attaqué au corps social, qui s’était soudain révélé instable, comme rongé à son tour de l’intérieur ; un jour, un sociologue – mais nul n’en avait vraiment revendiqué la paternité, un peu comme si le terme était apparu trop vulgaire – avait utilisé le terme de « quantique » pour qualifier notre société … et l’expression s’était révélée comme une évidence : nous vivions dans un monde quantique !

La citation du physicien Richard Feynman : « Si vous croyez comprendre la mécanique quantique, c’est que vous ne la comprenez pas » semblait parfaitement adaptée à cette sociologie nouvelle en pleine ébullition, ou plus simplement aux nouveaux modes de vie, aux nouvelles relations humaines.

Sans doute cette incompréhensibilité nouvelle provoqua-t-elle la fuite de bien des jeunes vers les métavers, ces multiples mondes virtuels parallèles où tout se révélait si simple … peut-être simplement parce que ceux qui les avaient pensés venaient du « monde d’avant » – enfin d’un « monde d’avant » … mais lequel ?

Il n’était pas rare de rencontrer, affalés sur un banc public ou à la terrasse d’un café, des individus totalement absents, la tête coiffée de leur casque de réalité virtuelle ; mais la plupart du temps, ils ne sortaient plus … voire ne quittaient quasiment plus leurs appareils : des entreprises s’étaient créées dans les métavers, on pouvait y travailler, s’y faire des amis, presque fonder un foyer !

Montcuq

C’est dans ce contexte polymorphe que Niels décida de quitter Paris pour Montcuq : ce village du Quercy-Blanc avait été désigné par une majorité d’internautes pour occuper la case de la Rue de la Paix sur la grille d’un Monopoly des villes de France lors d’un scrutin en ligne organisé en 2007 par Hasbro, fabricant du célèbre jeu de société.

C’était une époque un peu folle, où l’on parlait du Web comme d’une immense plateforme de discussion, d’échanges, voire de création – on appelait ça, le Web 2.0. Bien sûr Niels était bien trop jeune pour avoir connu cette période mythique, mais il en avait parlé avec des parents, des amis, s’était documenté.

C’était une époque un peu folle, un monde de Bisounours où l’on croyait que tout le monde allait pouvoir dialoguer d’égal à égal – en P2P, disait-on –, consommateurs et marques, puissants et individus lambda, politiques et citoyens.

Par delà ce Web 2.0, on avait même imaginé un autre monde, un « Monde 2.0 », très justement nommé Second Life, un univers en 3 dimensions où les marques se construisaient des iles et où les gens – ou du moins, leurs avatars – se déplaçaient en volant d’ile en ile.

Les marques, mais aussi les politiques : les candidats à l’élection présidentielle de 2007 avaient chacun la leur, où leurs supporteurs diffusaient leurs tracts virtuels et où ils venaient de temps à autre tenir un meeting, par avatar interposé bien évidemment.

Ce « Monde 2.0 » n’avait hélas pas vraiment tenu ses promesses : déjà Hasbro avait fait un bras d’honneur à ses aficionados en préférant Dunkerque, arrivé second du vote en ligne, à Montcuq, suscitant aussitôt un vague d’indignation sans précédent sur la toile.

Et à l’altruisme des pionniers succédaient opportunisme et coups fourrés : les rumeurs les plus aberrantes séduisaient les naïfs, les révisionnistes infiltraient les sites de « journalisme citoyen » comme Agoravox, se mettait en place tout un écosystème de Fake News qui allaient ensuite exploser grâce à Facebook et aux réseaux sociaux.

Quand à Second Life dont les marques se sont assez rapidement enfuies faute de clients, l’ancêtre des métavers ne s’est jamais pleinement déployé : technologie poussive – les décors arrivaient après les avatars, on volaient dans des espaces désespérément vides – et manque de ressources financières – casinos interdits, prostitution sévèrement réglementée – ont rapidement sonné le glas.

Si Niels tenait tant à se rendre à Montcuq, c’est que juste avant le confinement qui avait suivi l’apparition de la 5ème pandémie, il avait reçu un texto de sa copine Albertine : « Vais faire du cheval chez des amis à Montcuq, rejoins-moi dès que tu peux – love » ; manque de chance, deux jours après, il était bloqué à Paris.

Respecter le consommateur, avec Cyril Attias

Respecter le consommateur : le Club Horizon(s) de l’Adetem invitait récemment 3 experts à s’exprimer sur le sujet lors d’un Webinar ; retour sur cette matinée avec Cyril Attias – Agence des media sociaux.

MarketingIsDead : Pour le marketer, le consommateur reste bien souvent juste une cible : cette posture est-elle encore tenable aujourd’hui ?

Cyril Attias : Non, on ne peut plus réfléchir qu’en cible marketing, c’est un ensemble, pas un segment.

Il faut considérer le consommateur dans son ensemble, aujourd’hui on a la chance de pouvoir affiner le marketing grâce aux réseaux sociaux et au marketing d’influence, on est plus sur une approche chirurgicale que mass market.

MarketingIsDead : La notion de respect s’impose aujourd’hui de plus en plus, notamment parmi les plus jeunes générations : comment le marketing d’influence peut-il l’intégrer tout en restant efficace ?

Cyril Attias : Les jeunes générations ne consomment plus comme nous, ou comme avant.

Ils n’achètent plus « une marque », mais un « univers », un « purpose » et une posture.

D’où l’intérêt des marques de s’adosser à des influenceurs qui leur ressemblent, ils deviennent ainsi le porte-parole de la marque, ce qui permet d’expliquer aux communautés, l’univers de ladite marque.

Attention : si les influenceurs n’adhèrent pas à cet univers, ils n’en parleront pas.

MarketingIsDead : Un influenceur peut-il rester éthique tout en acceptant de l’argent des marques ?

Cyril Attias : Oui, c’est comme un titre de presse qui accepte l’argent des annonceurs et qui doit (normalement) être objectif.

Attention, par contre, à ne pas confondre influenceur né sur les réseaux sociaux et « personnalité » populaire née dans une téléréalité, qui en fait a peu d’expertise, mais qui est suivie par des millions de téléspectateurs.

D’ailleurs très peu de marques nationales font des collaborations avec ce genre de population.

L’influenceur se renseigne beaucoup sur la réputation des marques, les compositions, les produits avant de s’engager sur une collaboration. Il en va aussi de sa propre réputation.

Ce qui est intéressant avec la collaboration marques/influenceurs est de permettre à des consommateurs d’exprimer avec ses propres mots et/ou créations de contenu, l’univers de la marque.

À l’ouest, et partout ailleurs, toujours rien de nouveau #3

3ème épisode de ma contribution à L’Horrificque Disputatio, ouvrage collectif des Mardis du Luxembourg.


Petit flashback incertain

L’annonce d’un confinement général de la population le 16 mars avait surpris les Français : quelques jours auparavant on se gaussait encore – très – discrètement des Italiens après s’être plus ouvertement moqué des Chinois – des populations encore primitives, surtout dans les campagnes où l’on se nourrissait de toutes les bêbêtes qu’on avait sous la main.

On naviguait – ou plutôt nos gouvernants naviguaient – en plein brouillard, et on nous bombardait de consignes contradictoires : des masques, non surtout pas de masques, mais si des masques ; grosse grippette ou catastrophe planétaire ?

Avec pour seule certitude, après le confinement, le bout du tunnel … ou pas … mais enfin, on pouvait espérer, y croire.

Mais il y avait comme une sorte d’élan national : tous unis contre la maladie bien sûr, mais aussi vers une meilleure société qui allait nécessairement se construire dans ce que l’on nommait déjà … le monde d’après.

Problème, c’est que de longs mois après – et après une période estivale de semi insouciance – le monde d’après, on n’en voyait pas le début d’un commencement … sinon dans les discussions philosophiques du coin du feu !

Bref, on s’engluait dans la pandémie … mais bon, on avait un ennemi commun et même si on découvrait – mais était-ce une totale surprise – que l’on n’avait pas de bons généraux, on espérait bien un jour « gagner la guerre » : après tout, on avait bien gagné les dernières – enfin, les mondiales, pas les coloniales.

On avait le bon droit pour soi … même si franchement, que pèse le « bon droit » face à un coronavirus ?

On faisait corps, même si la belle union nationale réclamée par les stratèges se dépiautait chaque jour un peu plus … quand un autre état d’urgence est revenu frapper à la porte – ou plutôt, nous est revenu en pleine figure comme un boomerang avec l’assassinat d’un professeur d’histoire à Conflans Sainte-Honorine.

Avec le procès des complices des attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher, et l’agression au hachoir près des anciens locaux du journal, on avait bien un peu replongé dans la vague d’horreur de 2015 – mais tout cela, c’était du passé, un problème à la fois !

Et voilà que tout se mélangeait : état d’urgence d’hier, devenu permanent parce que désormais inscrit dans la loi ordinaire, et nouvel état d’urgence sanitaire, on avait la tête sous l’eau, on vivait dans la confusion totale. Et dans les médias, l’attentat de Conflans « effaçait » le Covid-19, avant que le Covid-19 et son couvre-feu « n’efface » à nouveau l’attentat de Conflans.

Un auteur me revient à l’esprit – ou plutôt le titre d’une de ses dernières pièces : Ce formidable bordel !, d’Eugène Ionesco – et si finalement tout ça n’était qu’une énorme farce ?

Peu à peu le monde – notre monde –, hier si simple s’enfonçait dans l’incertain ; du temps de Marx, l’histoire avait un sens – comme le résumait le Manifeste du parti communiste – avec la victoire du prolétariat comme seule issue ; puis vinrent les Trente Glorieuses, et sa flèche barométrique pointant désormais vers un inéluctable progrès, technologique et sociétal …

« No future » braillaient les Sex Pistols : on y est désormais, et plus aucune divinité ne sauvera la reine.

Plus besoin de critiquer la raison pure ou la raison pratique : plus aucune raison ne dirige désormais le monde ; d’ailleurs « La raison, c’est la folie du plus fort. La raison du moins fort, c’est de la folie », nous rappelait le même Eugène dans son Journal en Miettes

Où va-t-on ? Nul ne sait, mais un peu partout à la fois sans doute. Non, on ne sait plus vraiment où l’on va, mais on y va, c’est certain, on y courre … quoi qu’il y en ait qui s’arrêtent, d’autres mêmes qui reculent.

Intermède musical

Le monde délire, c’est certain … et il arrive un moment où l’on se sent incapable d’illustrer ce que l’on ressent avec des mots ; j’ai glissé çà et là au creux de ces lignes quelques images pour préciser mes sentiments, des images glanées au cours de pérégrinations.

Au cours de pérégrinations … car il fut une époque où l’on pouvait voyager sans contraintes aux quatre coins de la planète – ou presque : restait encore la Corée du Nord et quelques zones de conflits qu’il fallait mieux éviter.

Mais on pouvait visiter les Pyramides de Gizeh, les temples d’Angkor, les chutes du Zambèze, sauter par-dessus le Mur de Berlin : tout cela sans grandes formalités, sans avoir à attendre un hypothétique visa politique ou sanitaire !

Aujourd’hui, ces photos ne suffisent plus à exprimer quelque détresse – même ces magnifiques rosaces de squelettes, en provenance de l’église de San Francisco, à Lima.

J’éprouve comme une sensation d’insécurité, de froid – d’angoisse ; me reviennent les paroles d’une vieille chanson de Pink Floyd, Astronomy Domine[1], composée par Syd Barrett – le guitariste improbable, capable de passer un concert entier à ne jouer qu’un accord …

Comme s’il avait d’autres mondes en tête, s’il vivait d’autres vies en parallèle : Syd Barrett, le 1er musicien quantique ?

Lime and limpid green, a second scene
Now fights between the blue you once knew
Floating down, the sound resounds
Around the icy waters underground
Jupiter and Saturn, Oberon, Miranda and Titania
Neptune, Titan, stars can frighten

Il est temps d’effectuer un – petit … ou pas ? – bon en avant, et de nous replonger dans la France de l’après. D’après la 5ème pandémie.

Et pour cette période, je n’ai plus aucune chanson pour l’illustrer !


[1] Les bienheureux qui liront la version électronique de ce livre n’auront qu’à cliquer sur le lien pour écouter Astronomy Domine, la version originale de The Piper At The Gates Of Dawn ; pour la version papier, il suffit de scanner le QR Code qui sui les paroles.

Respecter le consommateur, avec Frank Rosenthal

Respecter le consommateur : le Club Horizon(s) de l’Adetem invitait récemment 3 experts à s’exprimer sur le sujet lors d’un Webinar ; retour sur cette matinée avec Frank RosenthalRetail Distribution.

MarketingIsDead : Pour le marketer, le consommateur reste bien souvent juste une cible : cette posture est-elle encore tenable aujourd’hui ?

Frank Rosenthal : Non, c’est une posture qui est intenable. Les choses sont beaucoup plus complexes que la seule approche de cible. D’abord parce que les comportements varient beaucoup d’un secteur à l’autre, d’une enseigne à l’autre, d’une période à l’autre, d’une marque à une autre marque et même sur le même consommateur il existe bien souvent de multiples paradoxes.

On voit d’ailleurs la grande différence sur les études quantitatives avec du déclaratif quand le consommateur se place en citoyen, par exemple sur l’alimentaire, il vous dit vouloir consommer massivement des produits bios et locaux et quand on regarde la réalité observée scrupuleusement par les différents panélistes, on mesure des écarts énormes. Le marketer ne peut donc pas considérer uniquement le consommateur comme une cible.

Il faut multiplier les sources, études, interrogations clients et non clients pour se faire une conviction. Le travail du marketer ne peut pas donc être le même qu’auparavant. Je répète souvent à mes clients qu’il faut considérer les 4 dimensions de l’individu :

  1. L’être humain, ses valeurs, ses peurs, ses projets…
  2. Le citoyen son pays, sa région, son département, sa ville, l’avenir de la planète,
  3. Le consommateur, ses besoins, ses envies, ses possibilités de consommer, ses habitudes,
  4. Le shopper, ses nouvelles habitudes d’achat, les circuits et canaux qu’il fréquente …

Tout est devenu plus complexe. Le marketing doit évoluer. Le marketer aussi.

MarketingIsDead : Pour les distributeurs, par où passe la voix du respect des consommateurs ?

Frank Rosenthal : D’abord, on ne le dit pas assez, mais il passe par ce qui est obligatoire, le respect de la loi. Et la loi fixe énormément d’obligations aux distributeurs physiques, digitaux ou les 2. Dans la réunion du Club Horizon, j’ai donné quelques chiffres : ces dix dernières années, ce sont le code de la consommation (+ 94% de mots), celui du commerce (+ 81%) et celui de l’environnement (+ 59%). qui ont pris le plus de volume. Donc partons du principe que les obligations que subissent les distributeurs sont actuellement énormes.

Mais, pour autant, de son positionnement (avec le respect des promesses), jusqu’à l’information produits, en passant par les efforts du personnel en magasin ou encore la réactivité et la résolution du problème par les SAV et ce n’est pas exhaustif, le respect du consommateur doit être partout, sur tout le parcours client. Les distributeurs peuvent d’ailleurs étudier la mise en œuvre de plan de bataille sur ce fameux « respect du consommateur » et ils peuvent se donner une priorité : la réactivité et l’efficacité du service client. Quand on voit le succès d’Amazon sur ce plan, cela devrait servir d’inspiration.

MarketingIsDead : C’est qui le patron ?, Darty : comment ces marques ont-elles su intégrer la notion de respect dans leur relation à leurs clients ?

Frank Rosenthal : Pour C’est qui le patron ?, la marque est née de ce respect du consommateur, tout est fait par eux et pour eux. Le cahier des charges leur permet de choisir les différents items qui vont influer le prix du produit. Et le consommateur en fonction de ses propres choix, voit le prix varier. Cela le responsabilise et lui permet de faire des choix crédibles. La démarche participative n’est pas nouvelle, mais sa généralisation permet de réconcilier totalement citoyen et consommateur. Une démarche marketing formidable. Le même consommateur sera ensuite cohérent quand il sera exposé aux produits de la marque dans les magasins.

Pour Darty, rappelons son histoire bâtie sur le Contrat de Confiance, une des plus belles idées marketing de la distribution. Avec le contrat de confiance, on a affaire à un oxymore et c’est intéressant. Pour remettre au goût du jour, le contrat de confiance, Darty propose son assistance avec un abonnement même sur des produits qui ne sont pas achetés chez Darty. La durabilité qui est un sujet crucial sur le gros électroménager est intégrée avec des indicateurs qui permettent de choisir son appareil en fonction de sa durabilité, de l’engagement sur la durée de trouver des pièces disponibles. Intéressant car cela donne des réponses simples et identifiables à tous ceux qui disent vouloir changer leur comportement et qui ont les moyens de le faire.

À l’ouest, et partout ailleurs, toujours rien de nouveau #2

2ème épisode de ma contribution à L’Horrificque Disputatio, ouvrage collectif des Mardis du Luxembourg.


… et les GAFA ?

Les GAFA se portent bien, et même de manière scandaleuse pour Amazon dont le chiffre d’affaires explose … mais se comporte, humainement parlant, comme une entreprise du 19ème siècle !

Les confinés s’ennuient : finies les concerts, les cinés, les happy hours entre copains à la terrasse des bistros ! Alors, on se fait des apéros virtuels, on prend des nouvelles de ses amis via ses réseaux sociaux habituels, on suit ses artistes préférés sur YouTube … pour le plus grand bénéfice des Google et autres Facebook !

L’incertitude constitue un terreau favorable aux fake news … comme chacun le sait profitent à tous ceux qui vivent du trafic sur le Web : suivez mon regard !

De nombreux confinés télé-travaillent, et là aussi, c’est banco pour les Zoom, Microsoft, Google, etc. ; et comme après le travail à distance n’est pas prêt de s’arrêter après le déconfinement, l’avenir s’annonce tout aussi radieux que le présent pour ces acteurs.

Mais il serait injuste de dire que les GAFA – au sens élargi – se contentent de surfer passivement sur la crise pour engranger des bénéfices : ils préparent très activement l’après.

Pour cela, ils travaillent main dans la main avec les gouvernements pour faciliter la mise au point d’outils numériques de traçage des contacts, comme TraceTogether et autres StopCovid : ils ne peuvent que profiter d’une banalisation de tels dispositifs de traçage, alors qu’eux-mêmes se situent aujourd’hui bien souvent hors des clous – ou des zones d’ombre bien pratiques – quant à leurs pratiques de flicage des citoyens.

Les GAFA s’apprêtent à prendre – encore plus – le pouvoir … mais dans les faits, ils se considèrent déjà au-dessus des dirigeants démocratiquement élus : ainsi, on peut penser ce que l’on veut du président brésilien Jair Bolsonaro – et personnellement, je n’en pense pas grand bien – mais il n’en reste pas moins le président démocratiquement élu de son pays.

Twitter s’est permis le 29 mars de supprimer deux tweets de son compte officiel dans lesquels il remettait en cause l’efficacité du confinement décidé pour lutter contre le Covid-19 : on peut juger Bolsonaro incompétent, voire débile profond, on peut contredire ses propos, les commenter … mais il n’en reste pas moins qu’il possède une légitimité autre que celle des censeurs de Twitter.

Depuis le réseau social s’est également engagé dans un bras de fer avec le président américain, masquant certains de ses messages parce qu’ils enfreignaient certaines de ses règles ; et en Août, tout comme Facebook, il supprimera une vidéo de Donald Trump arguant que les enfants ne peuvent quasiment pas contracter le Covid-19.

Guerre et guérilla

Toute guerre entraîne ses dommages collatéraux : dans les guerres classiques, ce sont les populations civiles qui souffrent,  dans la présente, ce sont tous ceux qui vivent en marge de la société : on a quand même vu des policiers verbaliser des SDF sous prétexte qu’ils n’étaient pas confinés … chez eux ?

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Bien sûr le tir a rapidement été rectifié sous la pression des associations notamment, mais la gent soldatesque reste prompt à la dérive comme le soulignent encore les comportements racistes à L’Ile Saint-Denis, où deux policiers se moquaient d’un suspect : « Un bicot comme ça, ça ne nage pas ».[1]

Mais il ne faudrait pas que ces exemples par trop flagrants cachent la souffrance d’une plus grande frange de la population : celle qui survit de petits boulots, de l’économie « parallèle » – pas forcément de la vente de drogue, mais plus simplement de jobs au noir… et qui n’existeraient pas autrement.

Comme le souligne la maire d’Aubervilliers, Meriem Derkaoui, une des communes les plus touchées par ce drame : « Ceux qui vivent du travail informel, font la plonge dans les restaurants, exercent des petits boulots pour 200 ou 300 euros par mois, risquent de se retrouver dans une grande détresse face à la crise économique qui s’annonce. Je crains que chacun ne tente de desserrer l’étau comme il le peut et qu’on se retrouve face à une République fracturée ».[2]

Dans certaines banlieues, la guerre contre le Covid-19 risque bien de déclencher son lot de guérillas urbaines tout comme est né deux ans auparavant le mouvement des Gilets jaunes, en réponse à une autre forme de malaise social.

En déclarant la guerre, et surtout en voulant tirer profit d’un état de guerre quasi permanant, le pouvoir n’aura certainement réussi qu’à créer une sorte « d’état de guérilla », fragmentant à l’infini la population et en montant une partie contre l’autre – combien de bagarres pour des masques non, ou mal, portés ? – et générant l’angoisse.

Non plus la peur de l’ennemi, mais un mal être sournois, et sans certitudes auxquelles se raccrocher dans un espace médiatique encombré de rumeurs et autres fausses informations ; et dans un monde où plus aucun pouvoir ne paraît légitime, les politiques se le disputant avec les GAFA, NATU et autres BATX …


[1] francetvinfo.fr

[2] liberation.fr

Xavier Wargnier, de Kawa à HeritageBike

Xavier Wargnier, je l’ai connu éditeur – notamment de plusieurs de mes livres –, puis comme fondateur des Sommets du Digital, je le retrouve … constructeur de vélos !

MarketingIsDead : Les Editions Kawa, les Sommets du Digital, et maintenant les Ateliers HeritageBike : es-tu ce que l’on peut appeler un serial entrepreneur ?

Xavier Wargnier : Serial entrepreneur je ne sais pas, mais c’est surtout la conséquence de mon caractère de passionné qui a une idée à la minute et qui aime la nouveauté. Ce n’est pas une stratégie de carrière mais plutôt des rencontres et des émotions qui me poussent dans des nouvelles aventures régulièrement. Et pour être sincère je suis un fainéant de nature et j’ai besoin de ressentir, de vibrer, de découvrir pour m’épanouir dans mon quotidien professionnel. Quoi de plus excitant que de créer une nouvelle activité ?

MarketingIsDead : De l’édition à la fabrication de vélos, il y a … un sacré saut : qu’est-ce qui t’a motivé ?

Xavier Wargnier : Compliqué d’expliquer ce saut dans le vide mais c’est surtout la rencontre avec Guillaume Monsigny, designer automobile de profession et la volonté commune de créer un vélo d’exception made in France. Nous étions alignés sur le projet et ses ambitions en étant très complémentaire entre nous. Et puis ce fût aussi un défi – pari lors de la 4eme édition des Sommets du Digital où je me suis avancé devant toute cette communauté en annonçant ce projet. Je ne pouvais plus reculer ensuite !

MarketingIsDead : Dis-en nous un peu plus sur les Ateliers HeritageBike : c’est quoi le positionnement, sa différenciation, sa mission ?

Xavier Wargnier : Nous ne sommes pas issus du milieu du cycle et je pense que cela été une force au contraire. Les professionnels du secteur rencontrés nous ont annoncé des « c’est impossible de fabriquer en France », « il faut des années pour lancer un vélo et une marque3… Nous avons alors, par réaction sans doute, mis les bouchées double en étant convaincus que notre militantisme et l’absence de compromis sur la qualité et le design feront la différence.

Aujourd’hui, la proposition de valeurs des Ateliers Heritagebike est « Mettre de l’exception dans votre mobilité » et cela résume assez notre positionnement. Nous sommes sur un marché de niche mais surtout nous assumons que nos vélos ne sont pas les vélos de Monsieur Tout le Monde. Nous avons chois de travailler avec des artisans d’exception, des matériaux de qualité et le plus propre possible (fibre de lin et cuir au tannage végétal), mais aussi de proposer des innovations de fabrication comme un gros travail en bureau d’étude pour intégrer dans le cadre batterie et moteur et ainsi avoir un centre de gravité extrêmement bas permettant un confort d’utilisation et des performances vraiment optimisées (plus de 100 km d’autonomie).

Nous proposons une petite gamme qui va s’étoffer dans les prochaines semaines encore et nous travaillons avec des gros partenaires pour aller encore plus loin dans le Made in France et dans les performances… tout en conservant notre différenciation de design totalement assumé !

MarketingIsDead : Et après ?

Xavier Wargnier : Pour une fois, je pense que la période et ses difficultés vont m’accaparer encore un moment avec un secteur de l’édition qui n’est pas en grande forme et qui innove trop peu à mon goût, l’événementiel a réinventé et la pénurie mondiale de pièces pour le vélo qui nous handicape chaque jours et durablement. Les challenges sont encore nombreux et tellement excitants que je pense que je ne vais pas aller dans une nouvelle activité en plus… au moins cette année !